neuroleptiques

« Nous croyons qu’une pratique plus rationnelle de la psychiatrie éliminerait l’usage d’une médication si dangereuse. »
Les personnes âgées ne sont pas les seuls à risquer la mort. Les professionnels de la santé mentale ont longtemps observé, mais il garde le silence sur le fait que les patients à qui l’on a prescrit les nouveaux antipsychotiques sont en train de mourir à cause de la drogue d’insuffisance cardiaque, accident vasculaire cérébral, et d’autres maladies physiques chroniques invalidantes, telles que le diabète.
La substance connue aussi sous le nom de largactile ou torasine est un neuroleptique d’ancienne génération, utilisé encore dans certains hôpitaux psychiatriques. Il a des effets désastreux sur l’organisme
les médicaments psychiatriques, qui sont imprévisibles et extrêmement meurtrier ne guérissent rien, et au lieu de cela détruisent la vie de la personne qui les prend.
Les médicaments de l’esprit
«La majorité des patients dans chaque groupe ont interrompu leur traitement en raison de l’inefficacité ou des effets secondaires intolérables ou pour d’autres raisons
Cependant, 40 ans après l’introduction des neuroleptiques en psychiatrie, on s’apercçoit que leur impact sur la schizophrenie a été minimal. La frèquence du problème n’a pas changé, sa chronicité non plus. Certes, les neuroleptiques facilitent dans plusieurs cas le contôle rapide des épisodes psychotiques aigu….Pourtant malgré l’utilisation très répendue des neuroleptiques les taux de rechute sont à peu près les mêmes qu’avant l’invention des neuroleptiques. Que les patients prennent ou non leurs médicaments… »
antipsychotiques et antipsychotiques atypiques, également appelés neuroleptiques
Neuroleptiques ou antipsychotiques : médicaments qui perturbent la fonction du lobe frontal, provoquant une lobotomie chimique avec l’apathie et de l’indifférence, ce qui rend les gens en détresse émotionnelle plus soumis et moins capable de sentir
Il s’agit donc d’une camisole chimique, qui ne résout rien, à part bien entendu le bon déroulement de l’industrie pharmaceutique, et qui plus est, occasionne de nombreux effets secondaires.
On les divises en plusieurs groupes chimiques : – Les phénothiazines avec essentiellement la chlorpromazine (Largactil®).- Les butyrophénones. Avec l’halopéridol (Haldol®).- Les benzamides , avec le sulpiride (Dogmatil®).- Les thioxanthènes (Fluanxol®). Et enfin, les formules chimiques diverses des nouveaux antipsychotiques «atypiques» (Risperdal®, Zyprexa®).
« les médicaments psychotropes dont on sait qu’ils ne sont jamais prescrits pour des raisons biologiquement fondées »
les études des résultats à long terme des antipsychotiques ont régulièrement montré que les médicaments ont augmenté la probabilité que les personnes diagnostiquées avec la schizophrénie deviennent des malades chroniques
Dans cette étude, six centres par les enquêteurs finlandais, 43% des patients dans les trois groupes expérimentaux n’a reçu aucun médicament antipsychotique, et globalement, les résultats pour le groupe expérimental »a été égal ou même un peu mieux" que ceux traités classiquement avec médicaments. Laponie occidentale a été l’un des trois sites expérimentaux dans cette étude.
Comment "fonctionnent" les neuroleptiques ?
Les neuroleptiques (également appelés "antipsychotiques") agissent sur les neurones, ces cellules formant le cerveau et le système nerveux.
Les neurones communiquent entre eux grâce à des molécules, les neurotransmetteurs, qui font office de "messagers" en sautant d’une cellule à l’autre à très grande vitesse.
Chaque neurone possède des "récepteurs", qui permettent de recevoir des molécules, ainsi que des "émetteurs", qui envoient une autre molécule au neurone suivant.
Les neuroleptiques agissent en bloquant partiellement la réception d’un des neurotransmetteurs les plus importants, la dopamine (Les neuroleptiques dits "atypiques" agissent également sur les récepteurs d’une autre molécule, la sérotonine). Les molécules du médicament viennent se placer sur une partie des récepteurs, les empêchant de recevoir les molécules de dopamine. Jusqu’à 70% de ces récepteurs peuvent être bloquées lors d’un traitement à doses élevées.
L’intensité des impulsion nerveuses, et, donc, des sentiments (peur, colère, joie…), est ainsi diminuée.
Mais les neurones réagissent au traitement: de nouveaux récepteurs à la dopamine peuvent apparaître durant le traitement ce qui cause de sérieuses difficultés au sevrage se traduisant pas une hypersensibilité intolérable.
Les neuroleptiques sont généralement prescrits sur une longue période, souvent à vie. Pourtant, leurs effets indésirables sont nombreux: difficultés de coordination, troubles de concentration, prise de poids, tremblements.
Certaines séquelles peuvent être définitives, la plus connue étant la dyskinésie tardive, qui se traduit notamment par des contractions involontaires et incontrôlables de la langue et du visage.
Les aspects désagréables d’un traitement aux neuroleptiques sont tels que ces médicaments ne devraient être administrés qu’en cas de nécessité absolue – or, c’est le contraire qui se passe actuellement.
Les neuroleptiques sont parfois administrés à titre préventif, à une personne dont un psychiatre croit qu’elle pourrait développer une psychose. Cette pratique est très contestable. En effet, les effets indésirables du neuroleptique sont tels qu’ils peuvent rendre la personne malade.
Les médicaments psychiatriques ne valent rien, et la plupart sont dangereux. Plusieurs causent des dommages permanents au cerveau, aux doses habituellement utilisées. Ces médicaments ainsi que la profession qui défend leur utilisation sont dangereux pour votre santé. « ceux responsables de telles “thérapies” feront face un jour à des “procès de Nuremberg” »
La substance connue aussi sous le nom de largactile ou torasine est un neuroleptique d’ancienne génération, utilisé encore dans certains hôpitaux psychiatriques. Il a des effets désastreux sur l’organisme
TROIS faits sur les médicaments NEUROLEPTIQUES et schizophrénie
Lésions cérébrales
Neuroleptiques : un piège
Programmes de traitement non médicamenteux sont supérieurs
EFFETS des médicaments dans le cerveau et sur la personnalité
Cibles des médicaments neuroleptiques dans le cerveau
Effets de la drogue au niveau du récepteur
Effets de la drogue à des niveaux supérieurs
Le système limbique
"Antipsychotiques": un terme trompeur
Créativité, vision et le système limbique
CONCLUSIONS – NOUVELLES LOIS NÉCESSAIRES ET D’AUTRES LEÇONS
DEPUIS LA TRAGÉDIE DU MÉDICAMENT NEUROLEPTIQUE
Traitement des personnes mentalement handicapées et vieux
Qui doit s’exercer notre cerveau ?
Crimes et tragédies en psychiatrie : passé et futur (?)
Un droit légal de soins non médicamenteux
Protection juridique des personnes engagés contre les intrusions de cerveau
Affirmation juridique des quatre conditions de traitement forcé par la déclaration de Hawaï
Une interdiction légale de tous les neuroleptiques
Depuis leur introduction il y a trente ans, les neuroleptiques ont reçu des dizaines de millions de personnes. En Suède, avec une population de 8½ millions, environ 100 000 personnes reçoivent ces médicaments tous les jours. Environ un tiers d’entre eux ont la schizophrénie de diagnostic. Autres grands groupes qui reçoivent les médicaments sont des gens arriérés et des personnes âgées dans les institutions qui sont confus ou négativiste. Ce que ces bénéficiaires de neuroleptiques ont en commun est qu’ils sont des pupilles de l’État, qu’ils sont impuissants et sans paroles, et qu’elles engendrent des problèmes pour les gens autour d’eux qui sont dans le contrôle. Ces médicaments ne sont en effet efficaces en réduisant ou en supprimant le comportement humain gênant. L’indication Cardinale des neuroleptiques est la schizophrénie. Par conséquent, ils sont aussi appelés médicaments anti-schizophrénies ou anti-psychotiques.Neuroleptiques sont donnés le crédit principal pour la révolution moderne en psychiatrie. Ils sont généralement considérées ont grandement aidé les victimes de la schizophrénie. Mais en réalité ils ont ne pas aidé, mais plutôt considérablement nui à toutes les personnes avec ce diagnostic. Ils ont fait leur mal de deux façons : tout d’abord, en raison de dommages directs causés au cerveau et aux fonctions mentales, deuxièmement, parce qu’elles sont liées ainsi que des vues fausses et odieuses des problèmes humains et les êtres humains.Les médicaments ont favorisé une fausse définition de la schizophrénie comme un problème médical avec une solution médicale. Ils nous ont empêché de prendre notre responsabilité. En conséquence, les personnes atteintes de schizophrénie ont été abandonnées. C’est la véritable cause de leur tragédie. Si ils n’avaient pas été abandonné, la plupart de ces gens jeunes et souvent doués aurait pu, comme le reste d’entre nous, pour se rendre compte de beaucoup de promesses et de possibilités de leur vie.
Le présent document comporte trois parties :
Partie I déclare trois faits importants sur les neuroleptiques et la schizophrénie et donne des preuves et des arguments pour chaque instruction.
Partie II décrit les effets des neuroleptiques dans le cerveau et sur la personnalité.
Partie III donne des conclusions quant à quelles modifications du droit sont nécessaires et des points à certains autres leçons de la tragédie de médicament neuroleptique.
liste Biam
Haldol  (antagoniste de l’amphétamine)
L’halopéridol a été utilisé en psychiatrie punitive en URSS ainsi que sur Abu Zubaydah (en), l’un des détenus de Guantanamo [2].
About these ads
Cette entrée a été publiée dans Non classé. Bookmarquez ce permalien.

4 réponses à neuroleptiques

  1. axylia dit :

    il existe une plante naturelle comme neuroleptique, la reserpine. il faut chercher un psychiatre en homéopathie dilué ou un psychiatre en phytothérapie concentré. demander si ils peuvent prendre que la substance bénéfique. les psychiatres rien que d’imaginer les symptômes de la schizophrénie nous détestent et ne sont plus capables par manque de concentration de prescrire des neuroleptiques qui ne rentrent pas en contre indications avec les maladies physiques du patient. idem pour les saliveurs etc. même si nous sommes guéris à la suite d’un accident, ils veulent continuer à en prescrire ce qui empêche de bouger. ils laissent l akatysie (perpétuel mouvement qui nécessite l’arrêt du traitement) pour faire croire que le patient en a besoin. en hospitalisation les maltraitances sont courantes. les psychiatres savent que la schizophrénie peut venir d’autres affections mais ils refusent de faire des recherches car que peu de gens en sont atteints. abe

  2. axylia dit :

    j’ai de la peine à tout noter d’un coup. certains envoûtements de magie noire apparaissent comme des symptômes de la schizophrénies. les psychiatres le savent, mais comme peu de gens ont ce problème, ils refusent de chercher comment les guérirent autrement que avec des neuroleptiques, mais naturellement avec des plantes naturelles. j’admets que c’est compliqué pour certains effets négatifs ou positifs. faîtes attention si vous cherchez cette vérité, ce n’est pas pour tout le monde. ça dure depuis très longtemps les églises adaptent leurs textes avec ça. je suis athée. je n’ai pas envie de encore subir leurs travaux, la suite est pour bientôt. faîtes attention il y a beaucoup de charlatans là dedans.

  3. axylia dit :

    Les psychiatres en questionnant sur les symptômes schizophréniques, si le patient parle de religion ou de mysticisme, il est de suite classé dans la schizophrénie et mis sous neuroleptiques. Les psychiatres posent des questions, et il ne faut pas répondre à moins que vous soyez trop mal, trop malade et que vous en ayez réellement besoin de ces neuroleptiques: décompensation psychotique. Ils estiment que 1% de la population sont schizophrène à cause des églises. Soit des joints fumés trop jeunes, soit des accidents: cassures ou opérations des hôpitaux. Mais ils prennent pour des fous ceux qui savent que leurs problèmes viennent de la sorcellerie. Voir message ci-dessus, car ils le savent que ça peut venir de ça, mais refusent de chercher comment réparer. D’autres symptômes sont notés par les psychiatres comme impossibles et comme maladies, alors qu’ils sont possibles naturellement réellement. Et qu’ils utilisent eux-mêmes.

  4. axylia dit :

    lorsque les psychiatres imaginent les symptômes de la schizophrénie, ils nous détestent, puis ils ne sont plus capables de se concentrer pour prescrire des neuroleptiques qui ne rentrent pas en contre indications avec les maladies physiques du patient. ex. pancréatite ils donnent zyprexa qui donne le diabète, une grave hépatite le semap qui détruit le foie ou risperdal qui coupe la satiété = steatose= cancer du foie, au dioxine de titane, etc les exemples ne manquent pas. ce n’est plus possible. de plus, le livre mentionne par exemple 800 mg au maximum par jour, ils en prescrivent 5000 mg par jour. Même si d’autres médecins leurs disent que le patient est guérit et que lui donner des neuroleptiques le tueraient pour certains maux, les psychiatres s’obstinent à vouloir en prescrire = en un jour la personne en est morte. Les psychiatres ne prescrivent pas les bons anti bouches sèchent, qui de nouveau peuvent causer la mort du patient. je pense en rester là.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s