neuroleptiques : des drogues dures induisant une très forte dépendance induite par le médecin, des camisoles de force chimique, la défonce sur ordonnances

Neuroleptiques, héroïne, cocaïne, benzodiazépines, amphétamines, antidépresseurs, morphine….
Neuroleptiques : Ils causent également une dépendance physique, Zyprexa est parmi les médicaments les plus susceptibles de faire en sorte que les gens en dépendent physiquement.
professeur david Cohen et professeur Guilhème Pérodeau
 » produit psychoactif naturel ou synthétique, utilisé par une personne en vue de modifier son état de conscience ou d’améliorer ses performances, ayant un potentiel d’usage nocif, d’abus ou de dépendance et dont l’usage peut être légal ou non « . « Depuis des temps immémoriaux, les hommes ont utilisé des produits naturels à des fins médicales. Ces produits, autrefois appelés « drogues », correspondaient aux médicaments d’aujourd’hui et, jusqu’au 19ème siècle, étaient vendus chez « le droguiste » puis chez « l’apothicaire ». »
Tout produit amenant à une dépendance physique ou psychique peut être qualifié de drogue
Si un médicament provoque des effets de sevrage déplaisants, certains usagers en deviendront inévitablement physiquement dépendants. En effet, cette conclusion est inhérente à la définition de dépendance physique. Selon le World Task Force, un groupe de travail qui s’est penché sur les sédatifs hypnotiques, «la dépendance physique se définit comme l’apparition de symptômes spécifiques lorsque la médication est brusquement interrompue». Le service de glossaire pharmacologique en ligne de l’Université de Boston affirme que la dépendance «se caractérise par la nécessité de maintenir la prise de médicament afin d’éviter l’apparition de symptômes de sevrage incommodants ou dangereux». Et un rapport récent publié dans le New England Journal of Medicine le confirme : «L’utilisation du terme « dépendance physique » implique qu’un syndrome de sevrage se produira après l’arrêt d’un remède psychiatrique.»
Brutale ou progressive selon les produits, la dépendance est installée quand on ne peut plus se passer de consommer, sous peine de souffrances physiques et/ou psychiques.
Les pires ravages attribués à la drogue ne passent pas l’action véreuse d’un dealer propriétaire d’un coin de rue, mais par celle d’un vénérable médecin lové dans son cabinet.
« ce que les usagers ne savent pas c’est que l’abus de médicaments sur ordonnance peut être plus dangereux que l’abus de drogues fabriquées illicitement. »
M. Emafo Président de l’OICS.
Les neuroleptiques font tout simplement cesser l’activité du cerveau. Une personne qui a pris une forte dose de neuroleptique ne peut plus poser aucun acte, ne peut plus réfléchir, ne sait plus qui elle est.
Le classement des médicaments psychiques en ordre décroissant comme je l’ai fait plus haut pour les drogues illégales, en premier lieu sont
1) les médicaments antipsychotiques, qui sont généralement si invalidants et toxiques qu’ils ont été démontrés pour causer la mort précoce [6, 7, 46, 47]. Deuxièmement,
2) les antidépresseurs, qui partagent de nombreux effets toxiques avec les antipsychotiques et provoquent souvent une augmentation des pensées suicidaires et des suicides achevés, ainsi que des homicides par rapport aux placebos [6, 7, 19].
3) les stimulants du méthylphénidate (Ritalin) et du type amphétamine (qui sont presque tous des amphétamines d’une sorte ou d’une autre). Ensuite
4) les sédatifs benzodiazépines ( «benzos») dont les principales toxicités sont la sédation excessive et l’engourdissement émotionnel (similaire aux antipsychotiques et antidépresseurs) et probablement le syndrome de sevrage le plus douloureux de toutes les drogues légales et illégales pour la plupart des gens. Ensuite,
5) les anti-convulsivants, savamment appelés «stabilisateurs de l’ humeur» à des fins de marketing, même si elles ont peu à voir avec l’ humeur et ils provoquent souvent de nombreux effets toxiques et un retrait souvent douloureux [6, 34].
Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour neuroleptiques : des drogues dures induisant une très forte dépendance induite par le médecin, des camisoles de force chimique, la défonce sur ordonnances

  1. luciane dit :

    merci d’avoir mis la pétition agréal sur votre site

  2. dfffdf dit :

    les neuroleptiques à la médecine sont ce que le nazisme est à la politique !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s