le sevrage : ne jamais stopper brusquement !

Les adresses et conseils de midfreedom
The Icarus Project et Freedom Center en français
anglais
Coming off psychiatric drugs (partiel, traduction google)
Se sortir des drogues psychiatriques
la meilleure façon de se sevrer avec succès
Si vous voulez vous sevrer complètement des médicaments ou simplement réduire au minimum ce que vous prenez, la première chose que je vous recommande est le document écrit par Joanna Moncrieff.Elle se réfère principalement au sevrage des neuroleptiques, mais cela peut  s’appliquer à la  plupart des médications psychiatriques. Ce texte peut faire  peur à ceux qui souhaitent se sevrer de la drogue, mais je pense qu’il est important que les gens comprennent qu’il y a, en effet, de véritables dangers et des risques associés au sevrage de la drogue. Notamment pour les sevrages précipités ou les sevrages sans soutiens appropriés. Deuxièmement, je vous renvoie, une fois de plus, à Pierre Breggin et au livre « Votre drogue est votre problème : pourquoi et comment cesser de prendre des médicaments psychiatriques ». Pour plus d’informations sur la toxicité des médicaments et des solutions de remplacement, lire également de Breggins  « Toxic Psychiatry : Pourquoi la thérapie, l’empathie et l’amour doivent remplacer les drogues, électrochocs et biochimiques théories de la «nouvelle psychiatrie.«  Je n’ai pas beaucoup lu David Healy, mais il offre de nombreuses idées et plus particulièrement dans la lutte contre les antidépresseurs et les problèmes liés à la capture et le sevrage de cette classe de médicaments.Son site web est ici.Ces personnes sont des professionnels ayant de l’expérience et l’expertise en la matière. Ces livres sont utiles et importants.Toutefois, de par mon expérience  après avoir lu certains ouvrages et en connaître  un peu sur les autres, je pense qu’ils ne vont pas assez loin sur deux points.   Ces livres ne parlent pas des régimes et de l’alimentation, et ils omettent de souligner à quel point le palier de réduction de dosage doit être lente pour de nombreuses personnes. Breggin dans un cas, va même jusqu’à dire que les gens qui ont été durant de nombreuses années, sous neuroleptiques pourraient devoir attendre jusqu’à deux mois entre les paliers de baisse de dosage de neuroleptic/antidépresseur. C’est toutefois mentionné une seule fois et brièvement.  Selon mon expérience avec de nombreuses personnes sous ces types de médication, il est nécessaire et prudent de laisser un certains laps de temps entre les baisses de dosage. Il ya des gens avec qui j’ai eu des contacts, qui ont récupéré aprés un sevrage brutal, mais il y a beaucoup de danger dans cette tentative et le potentiel de « syndromes prolongés de sevrage » a long terme ou complète rechute est très élevé.Le plus grand succès des gens peut prendre des mois et, dans certains cas, pour les personnes à fortes doses, de multiples médicaments et à long terme, peut prendre des années. Je suis actuellement au milieu d’une phase de retrait (de diminution de dosage) qui dure depuis plusieurs années. J’y suis depuis 3 ans (les deux premières je n’avais aucune idée de ce que je faisais). Depuis les 8 derniers mois je me suis très bien informé et j’ai réalisé qu’il se peut que cela prenne encore 3 ans si je le gère correctement La patience est la clé.C’est quelque chose que j’ai besoin de développer car mon incapacité à avoir les moyens de patience, m’a fait subir les conséquences d’un sevrage trop rapide, et j’ai eu besoin d’augmenter temporairement la dose après mes souffrances et terribles symptômes de sevrage une fois pendant deux mois avant d’arriver à mes fins.Il n’y a pas de raison de souffrir beaucoup, bien qu’on puisse s’attendre à passer par une multitude de symptômes désagréables. Breggin suggère ce que l’on appelle la règle de 10%.Tout médicament ne doit pas être réduit plus que de 10% à la fois.Une fois qu’une phase de diminution de dosage est completée (finie), le palier de baisse suivant ne doit pas dépasser 10% de la nouvelle dose.Par conséquent, le milligramme, puis fraction de milligramme montant diminue à chaque nouvelle dose.J’ai observé que je dois parfois diminuer sur d’encore plus petites quantités.Pour aussi peu que 5% et, parfois, les gens vont aussi peu que 2,5% pour les personnes sur les benzodiazépines, il n’est pas rare de réduire sur de plus petites quantités.Couper les pilules ne suffit pas toujours. Parfois la titration avec des liquides est nécessaire.Cette façon implique la dissolution de la pilule pour de plus petites doses dans l’eau, le soda ou même l’alcool, qui peut ensuite être dilué avec de l’eau, puis en utilisant une seringue pour réduire 1mg à la fois. Les médicaments existent aussi parfois sous forme liquide et peuvent être obtenue par la prescription .
Il convient de noter que certains médicaments ne doivent pas être dissous. Surtout les médicaments à liberation prolongés.Ce serait extrêmement dangereux.
L’exercice peut être une partie importante du sevrage, mais doit généralement être limité à la marche douce ou la natation peut-être. Un exercice vigoureux peut, peut-être davantage stimuler le retrait et exacerber les symptômes.Ma propre expérience avec le fait de faire de l’exercice/du sport est qu’avant de drastiquement diminuer les doses, à l’époque quand je prenait de longue pause, je faisais de vigoureuses randonnées une à deux fois par semaine, additionné avec des exercices vigoureux équivalents de gym. À la suite de mon retrait des médications, je suis maintenant trop épuisé et fatigué pour pouvoir faire plus d’une heure de marche en douceur à la fois.Souvent, je ne peux même pas faire cela.J’ai perdu 40 des 80 livres, que j’ai  secondaires des médicaments.J’ai gagné 20 lbs en arrière.J’ai maintenant une stabilisé acquise avec les effets ce poids parce que je mange bien et continue les exercices doux.J’ai appris qu’il est important de mettre de côté mon désir de perdre du poids jusqu’à ce que le retrait soit terminé.Bien manger est si important que diminuer le nombre de calories absorbée ne doit pas être considéré, sauf si c’est dans le contexte de continuer à manger suffisamment d’aliments sains qui implique souvent de manger souvent pour s’assurer de conserver le bon niveau de sucre dans le sang, ce qui typiquement est un problème chez les gens qui sont en phase de diminution (de retrait) de leur médication. Comment ai-je géré mon processus de retrait jusqu’à présent?Une fois que j’ai appris qu’il fallait généralement diminuer de moins de 10% et avoir un moment d’attente d’au moins une semaine entre chaque diminution (cela peut être trop rapide pour beaucoup de gens … J’ai eu de l’aide supplémentaire du neurofeedback) et jusqu’à deux mois. Dans un cas, après de terribles souffrances relatives au  sevrage trop rapide du Risperdal, J’ai augmenté la dose légèrement l’ai stabilisé et ensuite je suis passé à diminuer le Lamictal par palier. (J’étais à 400 mg de Lamictal, deux fois la dose thérapeutique recommandée et n’ai jamais connu aucune amélioration. J’ai l’intention d’au moins descendre à 200 mg) neuroleptiques (dans ce cas, Risperdal) modifier la chimie du cerveau et la fonction de sorte que j’ai décidé de faire une pause pour que mon cerveau se remette de ce qui a été une énorme réduction de la drogue.(11 mg à 1 1 / 2 mg) Les symptômes que j’ai rencontrés lors du sevrage  ont été d’abord et avant tout été l’épuisement terrible et la fatigue.Cela a été sans relâche.Actuellement, j’ai presque l’impression que je prends plus de médicaments plutôt que moins.J’ai également connu quelques insomnies et pire, quand je diminue le Risperdal trop rapidement une extrême agitation, insomnie, et mal au  cou, aux épaules et maux de dos.Ces symptômes ont disparu eux-mêmes une fois que j’ai augmenté la dose.Troubles d’humeur et l’irritabilité générale n’ont pas été inhabituels. Les problèmes liés aux changements d’humeur sont limités à des fluctuations normales entre état normal et état dépressif. Pour ce qui est de la dépression, j’ai beaucoup de choses qui arrivent dans ma vie, et plus particulièrement mon frère qui est en train de mourir du cancer, donc je ne peux pas être sûr à quel point cela ne soit pas la cause principale de la dépression. J’ai aussi connu une légère périodes intermittentes de dé-personnalisation et de dé-réalisation de courte durée. J’ai aussi un petit travail qui m’a extrêmement occupé en janvier et février et de la logistique, les appels téléphoniques et les documents source d’origine extrême d’ agitation et d’ anxiété.La part de travail que j’apprécie le mieux. Ce  qui a été clair au cours de cette période toutefois, c’est que je n’ai pas eu quelque chose qui ressemble à la rechute. Et enfin, je dois ajouter encore une fois, que mon alimentation et la nutrition ont été extrêmement importantes.Je n’ai pas pu continuer à me sevrer avant de faire des changements dans mon alimentation.Je m’en tiens au régime religieusement prenant très occasionnellement une bouchée de quelque chose qui me manqué. En fin de compte, toutefois, est que je n’ai pas vraiment manqué de rien ? Je suis heureux de donner à mon corps ce dont il a besoin pour guérir.Il est vraiment difficile de ne pas modifier votre alimentation une fois que vous en avez compris les bienfaits et l’aide au sevrage. la plupart du temps la pensée de manger de la nourriture qui me “manque” n’est pas attirante..Pour obtenir des conseils sur l’alimentation et la nutrition voir ces deux liens avant: ici et ici.(défilement vers le haut de la page une fois que vous cliquez sur le lien) Maintenant, pour conclure, je tiens à souligner que j’ai beaucoup appris de mon sevrage incomplet.Ma connaissance s’est améliorée de façon spectaculaire.Même il y six mois, je pouvais à peine écrire une phrase cohérente.Je suis loin d’être en mesure d’écrire avec l’agilité que j’avais à l’université et j’espère que mon cerveau va continuer a s’éclaircir.Ma compréhension de la lecture s’est améliorée de façon spectaculaire aussi, même si j’ai encore des problèmes en me concentrant sur des travaux plus denses et plus scientifiques. Mon espoir est que ces capacités continueront à s’améliorer.Il y a de bonnes raisons de penser qu’ils le feront. Après tout je prends encore beaucoup de medicaments.
Assurez-vous que vous disposez d’au moins 7 jours consécutifs de vous sentir très bien avant de réduire le médicament nouveau Si cela vous oblige à réduire les médicaments tous les 21 jours, faites comme cela
Guide de la méthode de sevrage par titration  (sauf pour formulation LP (libération prolongé) et pilules gastro-résistante)
La méthode est la même pour toutes les drogues psychiatriques
Monica
Ils font passer cela comme une rechute : c’est faux, les preuves.
Traduction libre du chapitre 9 du livre Your drug may be your problem
Comme l’alcool, l’arrêt brutal des neuroleptiques peut provoquer des hallucinations et des bouffées délirantes, jusqu’à plusieurs mois après la fin du traitement. Ces effets secondaires ont longtemps été confondus avec une « rechute » dans la maladie, jusqu’à ce qu’il soit prouvé qu’un sevrage progressif réduisait drastiquement le taux de réadmission des schizophrènes dans les hôpitaux psychiatriques
Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour le sevrage : ne jamais stopper brusquement !

  1. alexandre poilly. dit :

    Il est invraisemblable et CRIMINEL de soigner des etres humains avec de tels produits destructeurs, l industrie pharmaceutique a des oceans de larmes sur la conscience..;;
    quant aux médecins ils devraient vraiment se remettre un minimum en question devant ce DESASTRE SANITAIRE

  2. Winteregg Ileana dit :

    Je suis d’accord avec vous. Il s’agit de mon fils qui soufre de la maladie bipolaire,qui à été obligé de prendre depakine 1800/j et zyprexa 40 mg/j, ou début de la maladie quand il été hospitaliser pendent deux mois et demie. Mon fils est devenu un zombi, avec une prise de poids de 35 kg pendent son hospitalisation, et beaucoup des effets secondaires, irréversible. Je viens d’écrire un livre qui va être publie dans les prochaine jours,  » Le Mur, La maladie psychique dans la famille » dans laquelle je parle de mon expérience, dans le combat de la maladie psychique, qui est le parent pauvre de la médecine.

  3. Vous devriez changer de psy et prendre conseil ailleurs, la dose posologique maximale pour zyprexa est de 20 mg par jour grand maximum, au delà on ne connait pas les effets mais c’est de la folie d’aller au delà (j’irais presque jusqu’à dire que c’est meurtrier tellement il y a de risque), et il faut savoir qu’une petite dose est parfois aussi efficace qu’une très grosse dose…si vous ne voulez pas voir votre fils en légume…par ailleurs, j’ai une copine ayant eu le même problème que vous à qui on a prescrit 40 mg par jour (ces médicaments sont tout sauf anodins, ils peuvent être destructeur pour un personnalité) qui s’est retrouvé à moitié légume qui a changé de psy, et maintenant qui prend juste un calment en cas de crise.
    Essayez de trouver un psychiatre qui soit également psychanalyste. Et dites à votre fils de ma part de ne jamais perdre courage, la vie est belle et nous réserve plein de surprise.
    Bien à vous.

  4. La France en matière de psychiatrie est noté au même rang que la Roumanie soit dernière d’Europe, quand je lis cette page, je comprends pourquoi….

  5. Ma fille a subit un traitement à l’abilifye a voulu s’arrêter presque d’un coup. Aujourd’hui sevrée depuis bientôt troisIS mois‹ elle a des symptômes.: Chauffement dans la tête et le corps, douleursmusculaires‹fatigue et autres…Que doit elle faire et qui doit elle voir?

    • Il ne faut jamais stopper des drogues avec une telle dépendance induite par les médecins brusquement. Si ces symptômes sont supportables, il faut patienter, et c’est quelque fois assez long. Si cela est insupportable, vraiment, il faut reprendre sa dose, et en faire un sevrage très lent comme indiqué dans le chapitre sevrage de ce blog. (il ne faut jamais faire confiance a un médecin, en la matière)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s