Haldol / halopéridol

Près d’un tiers des sujets âgés, vivant en institution, reçoivent des antipsychotiques. Après une première alerte de la FDA sur les risque d’accidents vasculaires cérébraux liés à la prise de rispéridone, d’olanzapine, ou d’aripiprazole, elle a de nouveau alerté sur les risques de prescriptions de certains antipsychotiques qui s’accompagnaient d’une hausse de 60% à 70% des décès en comparaison à un placebo chez des patients déments.
Ces alertes n’ont pas réduit l’utilisation de ces médicaments, en partie, il est vrai, du fait du nombre toujours plus important de patients déments hospitalisés (50% des personnes âgées en institution en France présentent une démence).
En l’absence de grande étude randomisée, une équipe de scientifiques de l’université de Harvard (Boston) a utilisé la large banques de données du Medicare (une assurance maladie publique aux Etats-Unis) pour évaluer les répercussions sanitaires de la prise d’antipsychotiques chez des personnes âgées en institution.
Entre 2001 et 2005, 75 445 patients, dépendant du Medicare, âgés de plus de 65 ans et hospitalisés en institution, avaient reçu une prescription d’antipsychotique : halopéridol (nom commercial Haldol), aripiprazole (nom commercial Ability), olanzapine (Zyprexa), quétiapine (Xeroquel), rispéridone (Risperdal) , ou ziprasidone. 80% des patients ont arrêté le traitement avant 180 jours dont 7 413 pours cause de décès. Les scientifiques, n’ayant pas de groupe comparateur sans prise, d’antipsychotique, ont pris comme groupe de référence les patients âgés ayant été traités par la rispéridone, l’antipsychotique le plus prescrit. En comparaison avec les patients traités par rispéridone, les patients traités par halopéridol (Haldol) avaient un risque de décès multiplié par deux (2,07), et les patients traités par la quétiapine, un risque réduit de 19%. L’effet négatif mis en évidence avec l’halopéridol était particulièrement prononcé au cours des 40 premiers jours d’utilisation avec un excès de mortalité encore plus important (x 2,34), qui se réduisait par la suite mais restait toujours entre +32% et +46% supérieur à la rispéridone. 49% des décès étaient liés à des problèmes circulatoires, 10% à une maladie cérébro-vasculaire, 15% à des problèmes respiratoires. L’augmentation de la mortalité sous halopéridol et la baisse de mortalité sous quétiamine se retrouvaient parmi tous les groupes.
Haldol  (antagoniste de l’amphétamine)
L’halopéridol a été utilisé en psychiatrie punitive en URSS ainsi que sur Abu Zubaydah (en), l’un des détenus de Guantanamo
Halopéridol–Agent tératogène
Il y a des preuves indiquants que l’exposition à l’halopéridol (un médicament antipsychotique) pendant la grossesse peut avoir un effet tératogène sur le foetus. Un agent tératogène est une substance qui peut causer des malformations congénitales. La probabilité et la gravité des défauts peuvent être affectées par le niveau d’exposition et le stade de la grossesse que l’exposition a eu lieu
Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s