Les neuroleptiques (antipsychotiques) sont parmi les plus dangereux médicaments jamais utilisés en médecine

 

Si vous ne savez pas comment aider un patient, au moins ne rien faire qui lui soit nuisible. (Hippocrate)

 

Les neuroleptiques (antipsychotiques) sont parmi les plus dangereux médicaments jamais  utilisés en médecine.  Ils sont actuellement prescrits par des psychiatres au hasard. En d’autres termes, ils sont néfastes aux produits chimiques naturels du cerveau.

Ils comprennent les produits chimiques suivants: chlorpromazine, Triflupromazine, Mesoridazine, de la thioridazine, Acetophenazine, Fluphenazine HCl, perphénazine, prochlorpérazine, Trifluoroperazine, Chlorprothixene, Thiothixine, halopéridol, Loxapine, Molindone, Clozapine, rispéridone, l’olanzapine, quétiapine.

Les Neuroleptiques ont été utilisés sur des patients souffrant de troubles mentaux afin de réprimer leurs émotions et pour les rendre passifs et dociles. Tout comme ils ont été utilisés comme fléchettes de tranquillisants pour la capture et de soumission les animaux sauvages, ou dans l’ancienne Union soviétique au contrôle des dissidents politiques.  Ils réprimer la combativité, l’hyperactivité, de tension et d’hostilité. C’est une façon inhumaine de soumettre un être humain.

Les Neuroleptiques peuvent avoir des conséquences dramatiques comme effets secondaires qui ne sont pas explicitement mentionnés dans les notices des drogues et ils ne sont pas clairement indiqué pour les patients ou de la famille du patient au moment où ils sont prescrits. Plutôt que de traiter une maladie, les neuroleptiques créer une autre maladie.

Outre le bla bla bla qui est normalement mentionné dans une illisible petite taille des lettres sur les notices accompagnant ces médicaments, chaque patient et chaque famille du patient doit être informé de leur mode d’action et leurs effets secondaires. Une loi gouvernementale doit être adoptée afin que le texte ci-après soit mentionnée intégralement en caractères gras et lisibles sur chaque notice de médicament , afin d’alerter les utilisateurs de leurs risques potentiels.

MODE D’ACTION

Les causes possibles les plus fréquemment cités des maladies mentales (la schizophrénie et d’autres) est une hyperactivité anormale du système neurotransmetteur dopamine dans le cerveau.    Les Neuroleptiques inhibent la transmission nerveuse de la dopamine dans les lobes frontaux et regule l’émotion du système limbique du cerveau. Cette inhibition n’est pas différent de la lobotomie chirurgicale .C’est une lobotomie chimique.

Le système des lobes frontaux et limbique sont le siège chez l’homme de hautes fonctions telles que l’amour, le souci des autres, l’empathie, l’auto-connaissance, la créativité, l’initiative, l’autonomie, la rationalité, le raisonnement abstrait, le jugement,  la planification future, prospective, volonté, la détermination et concentration. L’inhibition de cette partie du cerveau perturbe le comportement global du patient.

WARNINGS ! MISES EN GARDE !

Les patients souffrant de troubles mentaux et la famille des patients souffrant de troubles mentaux doit être mis au courant et bien au tout début de prescription du médicament, des conséquences du traitement par les neuroleptiques (antipsychotiques), à savoir:

1) que les neuroleptiques (antipsychotiques) sont des médicaments dont le but est d’endommager le cerveau et que cette mutilation du cerveau n’est rien de moins qu’une  lobotomie chimiques .

  2) que chimiquement lobotomisé les patients perdent leur personnalité. Ils deviennent « robotique » à la suite des dommages causés à leurs lobes frontaux et système limbique . Les modifications typique sont apathie, le manque d’initiative, la perte de mémoire et de concentration, l’indifférence affective et la perte de plus profond des sentiments et de tendresse.

 3) que les dyskinésies tardive (DT) un trouble de circulation, qui touchent une des muscles volontaires, est plus susceptible de se produire dans 50% des patients souffrant de troubles mentaux traités par neuroleptiques. L’état en général au bout de 6 mois à 2 ans de traitement est incurable.  Tressage langue circulation, puffing joues, smacking des lèvres, de sucer les mouvements de la bouche, du visage et du corps caractérisé par des mouvements continue mouvements de bascule, des tremblements et des postures bizarres, pour ne citer que quelques-uns de ces symptômes.

Publicités
Cet article a été publié dans neuroleptiques. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

21 commentaires pour Les neuroleptiques (antipsychotiques) sont parmi les plus dangereux médicaments jamais utilisés en médecine

  1. dufey dit :

    eh!bien ce n’est pas joyeux!ça fait maintenant 4 ans que je prends des neuroléptiques.Le dr est ok pour les arrêter cet été.

  2. Roarkal dit :

    Crénon d’un fion, c’est seulement maintenant que je fais le lien entre lobotomie et neuroleptiques, d’où mon arrivée sur ce site après une recherche Google… je comprends mieux le mépris des infirmiers ! Euh, ils savaient ! Je crois que dorénavant je ne supporterais plus aucun regard de ces enculés que le pauvre lobotomisé que je suis… putain les enculés. Seul truc qui me chiffonne : on m’a dit qu’arrêter le traitement (« décompensation ») faisait des dégâts sur le cerveau, mais je voudrait savoir : est-ce vraiment à cause du traitement lui-même ou à cause de la maladie ?

  3. guinefoleau dit :

    c’ est exactement ce que je ressens apathie, le manque d’initiative, la perte de mémoire et de concentration, l’indifférence affective et la perte de plus profond des sentiments et de tendresse. Ils m ‘ont bouzillé le cerveau et tuer mon âme

  4. De se faire traiter de fou est déjà diffamatoire, le problème est de limiter les pouvoirs octroyé au service médicale sinon c’est dangereux, attention les dérives. Au Canada, ils ont condamné un médecin à la prison pour empoisonnement, et ils ont eu raison.

  5. nini dit :

    Mon fils est diagnostiquer schizophrène depuis 1 mois et demi donc traitement d office au neuroleptiques quand je suis tomber sur cet article je suis allée le rechercher a l hôpital de suite maintenant il n a plus de suivie ni de traitement mais comment faire pour le soigner?

  6. Ping : le non sens en psychiatrie | Espace perso d' ANTINEA

  7. Ping : une histoire parmi d’autres | Espace perso d' ANTINEA

  8. stoker dit :

    Ma mère alhzeimer est sous neuro depuis 1 mois.Depuis ,plus de dialogue cohérent, et n’arrête pas de tombé. Ne sait plus utilisé son deambulation, et se retrouve en camisole chimique et fauteuil roulant!!! Merci à tous les soignants,gériatre, et infirmiers qui du coup ont beaucoup moins de travail!!!Quelle honte !!!

  9. Floelflaco2730 dit :

    Je suis dans la merde. Car ayant fait un épisode psychotique il y a bien 3 ans. Je suis sous antipsychotique de molécule olanzapine. Apprenant que ce médicament est un lobotomiseur, j’ai voulais l’arrêter de ma propre initiative depuis ces vac’s mais au bout d’un mois je sentais que mon corps en avait quand même besoin. Et étant donné que j’ai eu du mal à me réadapter à ce traitement, le psy m’a fourni un antidépresseur en plus. Mon cerveau est out…. 😱 Il est aussi vrai que depuis que je le prend, je me sens robotisé (langage inaturel…)

  10. Ping : à s’interroger – K mi case.. | Espace perso d' ANTINEA

  11. labarre christophe dit :

    contrairement a l ideologie de la psychiatrie moderne ma skyzophrenie ne viens pas de nul part d apres eux on ne se l explique pas et ca les fait bander quand il vous disent ca!!!alors que ma psychose est purement familiale et ca n a non plus rien d hereditaire je parle de maltraitance
    symptomes psychologiquement transmis. je suis depuis longtemps une therapie de type annalytique et je crois pouvoir dire que je sort de ma psychose m adaptant a une nevrose sociale ordinaire c est a dire un malheur simple comme disait l autre!! seulement je ne sais pas si je pourrai sortir de la chimie avalée depuis 25 ans j ai bien peur que ces salops au service des labotatoires ne m aient bouzillé durablement le cerveau!!!! mais s il existe un sevrage possible ecrivez moi!! merci et bonne chance « les fous » christophe labarre

  12. Mercier dit :

    La psychiatrie en France est une honte

  13. Thierry dit :

    En Suisse, ce n’est de loin pas mieux. Ayant voulu dénoncer les crimes de la franc-maçonnerie à la tête de l’état, de la dite « justice » et de la police, je suis soumis à des traitements forcés depuis bientôt 3 ans à coups de Zyprexa, puis successivement Xeplion, Abilify et maintenant Risperdal. Mon cerveau est complètement bousillé, j’ai tout perdu, tout, et la comme j’ose encore protester ils veulent augmenter mes doses. Si je refuse, on m’enferme et m’injecte encore plus de poison de force. Voila combien cela coûte de dénoncer la triste vérité sur la Suisse, dont les dirigeants font dans la pédophilie, les parties fines et les sacrifices d’enfants!!!! De plus, la Suisse fait son argent avec ses fausses ONGs qui font des traffics d’organes avec des orphelins africains! Il n’y a pas de miracle suisse, c’est un grand mirage la Suisse et le plus grand mensonge de l’humanité. La Suisse n’hésite pas à condamner à mort ses honnêtes citoyens à la peine de mort par empoisonnement pour avoir essayer de dévoiler la vérité sur ses crimes. Merci de votre soutien.
    Voici une petite vidéo que j’ai faite à ce sujet:

  14. Rieu dit :

    Ma fille est psychotique, alors qu’elle aurait du être en fam, elle se trouve en mas (maison d’accueil specialise) où elle a été emmenée de force en belgique, elle ne s’y sent pas à sa place et le manifeste, en 1998, on lui a détecté un microdeletion du chromosome 22 qui est responsable de ses difficultés (grande timidité, manque de confiance en elle, fatigue, manque de concentration, un manque de calcium qui a déclenché des crises d’épilepsie) bien qu’elle soit stabilisée avec 2 comprimés de tegretol qui lui abiment le foie, on lui a rajoute un 3eme, elle n’a pas subit d’interventions chirurgical, à la découverte de ce syndrome, elle avait 21 ans, elle sait lire , écrire, compter, niveau ce2, elle ne sait pas gérer son budget mais sais donner l’appoint, on l’a fait régresser pour l’adapter à la mas et lui faire dire ce qu’ils veulent qu’elle dise, des phrases qu’elle répète textuellement (telle que : je veut rester ici et c’est moi qui ai décidé), sachant que je fais des démarches pour lui trouver une place en france, elle emploie des mots qui ne sont pas les siens qui lui sont surement dictés. Lorsqu’elle s’adresse a certains educateurs, ils l’ignorent, l’infantilisent, la rabaissent, elle subit la violence psychologique, c’est tres triste parcequ’elle s’en rend compte, elle m’a dit : » j’ai peur d’eux » on lui administre 3 antipsychotiques : 4 ampoules d’haldol au lieu de 3 précédemment, loxapac 25 ml (50 gouttes) que son psychiatre en france avait supprimé à cause des effets secondaires négatifs plus solian 2 fois 400mg, le calcium vitamine D très utile pour maintenir et éviter les crises d’épilepsie n’apparaît pas sur l’ordonnance, du sodium car l’haldol supprime le sodium dans sang, et lepticur 10, ma fille était assez vive sans excès, l’ensemble de ces médicaments en partie superflu la paralyse, sur l’ordonnance, il est écrit qu’elle peut marcher que 50 m. Ils l’a font volontairement régresser, l’influence pour la garder en belgique, car la Belgique est un commerce très juteux, les residents sont traités comme du betail, lorsqu’elle s’adresse a certains educateurs, ils l’ignorent, l’infantilisent, la rabaissent, dépourvue d’humanite, il n’y a pas de psychologue, la residence renovee masque les mauvais traitements la famille qui ne tombe pas d’acccord avec elle est traité avec hostilité, on monte ma fille contre moi, je suis dans le désarroi total. L’ars soutient la Belgique et prévient l’établissement plusieurs semaines avant son contrôle, la famille qui l’interpelle est déclarée pathologique. Ma fille mesure 1,56 et pèse 43 kg, l’excès médicamenteuse reste impuni. Même si votre enfant meurt, ce n’est pas grave, alors que vous n’avez rien demandé. Le plus culpabilisant pour moi, c’est qu’elle avait confiance en moi, je lui rends visite tous les 2 mois, elle me supplie de la ramener, si je la ramène sans l’avis de sa psychiatre, elle refuse de la soigner, en même temps, elle ne m’écoute pas toujours pour prendre son traitement et pour son hygiene personnel, sans activité, les hallucinations prennent possession d’elle, ce n’est facile pour personne. L’éloignement est la première des maltraitances, rester dans son environnement apaise. Je repproche à sa psychiatre de l’avoir envoyé en belgique dans une mas, c’est ce qu’il y a de plus dégradant, elle m’a dit, maman ! On m’a mis avec des gogole. Je ne sais pas comment elle pourra se reconstruire, en france , il y a pourtant des structures il y aussi des éducateurs formidables, enfin je vois ça sur ma tablette que je ne sais pas très bien utiliser, j’ai peur que ma fille ne retrouve pas ses acquis avec tous ces médicaments qui sont néfaste sur le cerveau. J’aimerais bien rentrer en contacte avec des personnes qui subissent la même situation. Merci de me lire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s